CMV Cheval

L’alimentation traditionnelle chez le cheval est très répandue aujourd’hui dans les écuries.

Cela consiste à nourrir les chevaux avec du foin et des céréales (orge trempée ou concassée le plus souvent, parfois mélangée à de l’avoine ou du maïs), sans utiliser de granulés ou floconnés du commerce. Cela permet d’utiliser des produits naturels et peu transformés, cependant, la ration peut être carencée ou mal équilibrée en vitamines et minéraux. Il est donc fortement recommandé d’y ajouter un CMV, ou complément minéro-vitaminé, afin de garantir un apport quotidien et équilibré au cheval en oligo-éléments.

Affichage 1-15 de 15 article(s)

MSE Elevage

À partir de Prix 33,00 €
Ajouter au panier

Phospho'Cal

À partir de Prix 32,50 €
Ajouter au panier

Twydil PMC

À partir de Prix 182,00 €
Ajouter au panier

Growing

À partir de Prix 69,90 €
Ajouter au panier

Impact de la sédentarité sur l’équilibre en minéraux de la ration

La sédentarité des chevaux a énormément réduit la diversité de leur alimentation.

Alors qu’autrefois les chevaux parcouraient de vastes prairies et mangeaient de nombreuses plantes différentes, aujourd’hui leur nourriture est peu variée et standardisée. Le foin reste la base de l’alimentation, mais il est souvent peu diversifié en espèces végétales variées, à l’exception du foin de Crau.

L’apport en minéraux et en vitamines peut donc être insuffisant.

Les principaux à surveiller sont le calcium, le phosphore, le magnésium, le sodium, le zinc et le cuivre. Pour les vitamines, la vitamine E est indispensable, en particulier pour les chevaux de sport, ainsi que les vitamines du groupe B et la vitamine A si le foin est très pauvre.

Comment choisir son CMV Cheval ?

Idéalement le CMV doit être choisi sur mesure pour chaque cheval, en fonction de son âge, son activité, son mode de vie et bien sûr sa ration. Cela passe par une analyse complète de la ration et du fourrage. Malheureusement, c’est très rarement réalisé en pratique.

Il y a cependant de grandes lignes à respecter :

  • le rapport phospho-calcique, c’est à dire le ratio entre le calcium et le phosphore apportés. Il se situe entre 1,5 (chevaux au travail léger, jeunes) et 2 (chevaux âgés et au sport intensif).
  • Un bon apport en magnésium, surtout si le fourrage est peu diversifié, particulièrement intéressant pour les chevaux sujets aux fourbures à répétition. - Un apport en Cuivre et Zinc de l’ordre de respectivement 200 et 600mg, avec un ratio d’un tiers.
  • Un enrichissement en vitamine E, en particulier pour les chevaux de sport athlètes ou ceux sujets aux myosites.

Si le CMV coche l’ensemble de ces critères, c’est déjà très bien.

Selon l’activité du cheval et son âge on adaptera, ainsi on privilégiera plutôt l’apport en calcium pour un jeune en croissance et la vitamine E pour un cheval de sport au travail intensif.