Produits pour l’estomac

L’estomac du cheval est un organe fragile et soumis à de nombreuses agressions. Il est notamment sujet aux ulcères gastriques, liés à une acidité trop importante du contenu de l’estomac. Les ulcères sont des lésions particulièrement douloureuses, pouvant provoquer une baisse d’appétit ou des coliques.

En plus du traitement, il est généralement conseillé d’adapter les conditions de vie du cheval. Pour éviter les récidives, prévenir les ulcères ou prendre le relais du traitement, il existe de nombreux compléments alimentaires. Ils vont avoir un rôle apaisant et agir généralement comme un pansement protecteur sur la paroi de l’estomac du cheval.

L’estomac du cheval et les ulcères gastriques

L’estomac du cheval a la particularité d’être de petite taille et d’avoir une « porte d’entrée » à sens unique, ce qui explique l’impossibilité pour le cheval de vomir. Il est adapté à l’alimentation du cheval « au naturel ». C’est à dire un grignotage quasi-permanent, couplé à une marche régulière, ce qui est le cas dans une grande pâture en troupeau.

Le cheval domestiqué est malheureusement souvent nourri très différemment, pour des raisons de praticité et de manque d’espace. Les repas sont plus importants en volume par rapport au temps d’ingestion et espacés par des périodes de jeûne plus ou moins longues.

En conséquence, l’estomac du cheval alterne des moments de surcharge et de vide. Or, si la surcharge peut être douloureuse, l’estomac vide est très vulnérable aux attaques acides. Les sucs gastriques acides vont agresser la muqueuse de l’estomac si l’intervalle entre deux repas est trop long, provoquant dans un premier temps une gastrite (inflammation de l’estomac) et dans un deuxième temps des lésions plus profondes, les ulcères.

Comment éviter les ulcères gastriques sur un cheval ?

Au vu des explications ci dessus, on comprend vite que le mode de vie et d’alimentation du cheval est primordial. On essaiera de lui proposer du foin à volonté dans un filet si les pâtures sont insuffisantes et de fractionner au maximum les repas. Les aliments à tendance acidifiante (céréales, même en mash…) sont déconseillés.

En prévention, notamment pour les chevaux anxieux ou sujets aux ulcères, on pourra utiliser les compléments alimentaires. Souvent assimilés à un traitement naturel, ils ne se substituent pas au traitement médicamenteux en cas de lésions sévères mais ils facilitent la guérison et limitent les récidives. Ils agissent généralement comme un pansement gastrique et utilisent les bienfaits de l’argile ou de l’aloe vera pour apaiser l’estomac du cheval.

Votre panier
0