MALADIES DU CHEVAL

boiterie cheval
  • Mon cheval boite, que faire ?

Vous arrivez comme d’habitude pour monter votre cheval, mais au moment de l’amener à l’aire de pansage, quelque chose ne va pas. Ce n’est pas toujours simple d’identifier d’où vient le problème, mais une chose est sûre, il boite…

Comment gérer ce problème ? Quels sont les premiers gestes à faire ? Quand appeler le vétérinaire ?

Identifier la boiterie

Il existe différents grades de boiterie, du cheval qui ne pose pas le pied, à celui qui manifeste une simple gêne. La gestion ne sera pas la même, mais dans tous les cas cela ne doit pas être pris à la légère.

Dès qu’une boiterie est suspectée, il faut essayer d’identifier le membre atteint.

  • Si le cheval ne pose pas son pied ou à peine en pince, il boite « à patte cassée », ce n’est pas bien difficile.

  • Sinon, il est conseillé de demander à quelqu’un de regarder le cheval au trot en ligne droite pour confirmer la boiterie et essayer d’identifier le membre touchéCe n’est pas toujours aussi facile qu’il n’y paraît !

Quelques astuces :

En cas de boiterie marquée d’un antérieur, la tête aura tendance à tomber lorsqu’il pose le pied sain. On dit que le cheval « tombe à droite » (ou à gauche). Un cheval qui « tombe à droite » boite donc de l’antérieur gauche.

En cas de boiterie postérieure, le plus évident est souvent de se placer sur le côté et de regarder quel postérieur s’avance le moins. C’est en général celui qui fait boiter le cheval.

cheval boiterie

Les premiers gestes en cas de boiterie chez le cheval

  • Quand la boiterie est confirmée, la première chose à faire est de vérifier les pieds. Et comme vous n’êtes pas infaillible, mieux vaut vérifier les deux côtés même si vous êtes sûr que le cheval boite à gauche ! Sauf bien sûr s’il boite très fort et ne peut pas donner le pied opposé !
  • Bien curer les pieds, en vérifiant l’absence de cailloux, ou pire, de clou. Et ce n’est pas parce que vous ne voyez rien que ce ne peut pas être un abcès de pied. Ils ne se voient pas à l’œil et évoluent à l’intérieur du sabot.
  • Ensuite, si le cheval est déplaçable, il faut le rentrer au box ou l’enfermer dans un petit paddock. Le but est d’éviter qu’il n’aggrave son cas en attendant qu’un vétérinaire ait pu l’examiner.
  • Vous pouvez le doucher pour refroidir le membre du cheval, surtout s’il est engorgé. L’application d’argile ou d’autres produits n’a pas grand intérêt et peut fausser l’appréciation du vétérinaire.
  • Dans tous les cas, il est formellement déconseillé de donner un anti-douleur (type anti-inflammatoire) avant que le cheval ait été examiné.

    Au mieux, cela faussera l’examen du vétérinaire et au pire, cela aggravera le cas de votre cheval.

Appeler le vétérinaire

C’est fortement conseillé en cas de boiterie chez le cheval.

Si la boiterie est légère

Vous pouvez choisir de mettre votre cheval au repos et d’attendre de voir si cela passe tout seul.

Cependant, attention, certaines tendinites ou desmites (c’est comme une tendinite mais pour un ligament), démarrent avec de légères boiteries intermittentes. Plus le diagnostic est fait tardivement, plus cela risque de s’aggraver avec le travail.

A lire aussi : La tendinite du fléchisseur profond

Si la boiterie est légère à modérée

Il est important de prendre rendez vous avec le vétérinaire.

Cependant, il n’y a aucun caractère d’urgence. Gardez le cheval au box en attendant le rendez vous, sortez le au pas en main uniquement, et pensez à lui faire faire quelques foulées de trot la veille du rendez vous, pour vérifier qu’il boite toujours.

Si la boiterie a disparu, contactez votre vétérinaire. Il vous conseillera peut être de retravailler légèrement le cheval pour voir si la boiterie revient et pour pouvoir l’examiner boiteux.

  • En effet, pour poser son diagnostic, le vétérinaire a besoin de voir le cheval boiter, sauf en cas de lésion « évidente » (grosse déformation des tendons par exemple).

Si la boiterie est forte…

… au point que votre cheval n’arrive plus du tout à prendre appui sur son membre, cela justifie un appel d’urgence. 

Avec un peu de chance, il peut s’agir d’un simple abcès de pied, mais s’il ne pose pas du tout le sabot au sol, il y a un risque de fracture. C’est alors une urgence relative.

Une intervention vétérinaire dans la journée est indispensable, mais une prise en charge immédiate, ou deux heures plus tard, donnera les mêmes chances au cheval.

Si la boiterie est forte mais que le cheval arrive tout de même à poser le pied, vous pouvez également contacter votre maréchal-ferrant. Dans certains cas il pourra peut être passer plus rapidement que le vétérinaire et pourra détecter ou éliminer un éventuel abcès de pied.

Les boiteries sont fréquentes chez le cheval, et leur diagnostic est parfois complexe. En ayant les bons réflexes, vous donnerez les meilleures chances à votre cheval, et vous faciliterez la tâche du vétérinaire. Cela vous permettra de vous remettre en selle au plus vite sur un cheval en pleine forme.

Article rédigé par P. Cantet, vétérinaire équin

La sélection de produits de notre vétérinaire

Accéder à la boutique