L’emphysème : une maladie respiratoire chronique chez le cheval

« Docteur, mon cheval tousse régulièrement et il est plutôt essoufflé pendant le travail, qu’est-ce que cela peut bien être ? » … Si vous vous posez la même question, vous êtes probablement confronté à une maladie assez fréquente chez le cheval : l’emphysème !

L’emphysème, plus connu sous le nom de « pousse », est scientifiquement appelé la maladie obstructive des voies respiratoires profondes. C’est une maladie respiratoire chronique qui s’étend de la trachée jusqu’aux poumons. Elle correspond plus ou moins à l’asthme chez l’homme.

L’appellation de « pousse » vient du fait que le cheval doit forcer pour respirer. En effet, il va avoir du mal à expirer l’air de ses poumons et va donc « pousser » en contractant ses muscles abdominaux, on appelle cela la « ligne de pousse ». C’est ce phénomène, accompagné d’une toux assez fréquente, qui va généralement alerter les propriétaires. Même si cette maladie ne se soignera jamais totalement, il existe plusieurs solutions et certains médicaments pour améliorer le confort de votre cheval.

Quels sont symptômes de l’emphysème chez le cheval ?

Cette maladie concerne généralement les chevaux âgés de plus de 7 ou 8 ans et pourrait se transmettre génétiquement. Il n’y a pas de race ou de sexe prédisposé.

Concernant les symptômes de l’emphysème chez le cheval, vous pourrez observer les signes suivants :

  • Une dyspnée expiratoire : il s’agit d’une difficulté à expirer l’air
  • De la toux plus ou moins prononcée
  • Une tachypnée : augmentation de la fréquence respiratoire
  • On peut apercevoir la « ligne de pousse » : il s’agit d’efforts expulsifs manifestés par la contraction des muscles abdominaux
  • Une dilatation des naseaux  
  • Une intolérance à l’effort et des difficultés à récupérer après l’exercice
  • Un jetage : il s’agit de sécrétions sortant des naseaux
  • Un amaigrissement : le cheval va utiliser plus d’énergie pour respirer et ainsi brûler plus de calories pour ses muscles respiratoires. Il va donc perdre du poids progressivement.

Quelles sont les causes de l’emphysème chez le cheval ?

Plusieurs facteurs peuvent déclencher l’emphysème chez le cheval

Cette maladie résulte principalement d’une inflammation chronique des poumons.

Lors de cette inflammation pulmonaire, il va y avoir une libération des médiateurs chimiques et cellulaires de la réaction inflammatoire. Ces médiateurs vont provoquer un épaississement de la muqueuse respiratoire et une forte production de mucus (substance sécrétoire nécessaire à la protection du système respiratoire). Il en résulte une accumulation du mucus accompagnée d’une faible élimination.

Un bronchospasme (contraction spasmodique des bronches) va s’installer progressivement.

Tous ces facteurs contribuent à réduire l’espace disponible pour le passage et la circulation de l’air et sont ainsi responsables de l’obstruction. Pour expulser l’air, le cheval va alors devoir faire des efforts qui se traduisent par de la toux ou encore une contraction des muscles abdominaux.

A long terme, le poumon va se fibroser et perdre son élasticité, passant d’une simple inflammation à des lésions irréversibles.

Les causes de cette inflammation sont diverses

Il s’agit la plupart du temps d’une hypersensibilité au foin et plus précisément aux moisissures, champignons ou poussières qui y sont présentes. Le cheval, en inhalant ces agents, va ainsi développer une réaction allergique au niveau de l’arbre respiratoire.

cheval emphysemateux

 De ce fait, la « pousse » est qualifiée de saisonnière car elle se déclenche plus facilement en hiver lorsque les chevaux sont au box une bonne partie du temps voire constamment. Cette hypersensibilité peut être génétique, comme de nombreuses allergies.

L’inflammation chronique peut également être consécutive à une allergie au pollen, les symptômes seront alors surtout visibles au printemps, ou encore à une infection respiratoire mal ou trop tardivement soignée, qui aura laissé des séquelles au niveau des bronches.

Les traitements possibles pour un cheval emphysémateux

Vous aurez recours à 2 types de traitement : un traitement hygiénique visant à modifier l’environnement du cheval pour améliorer son confort de vie et un traitement médical adapté à cette maladie.

Traitement hygiénique :

On appelle traitement hygiénique un traitement non médicamenteux qui consiste à changer les habitudes du cheval. Pour la gestion de l’emphysème chez le cheval, le propriétaire joue un rôle important. Plusieurs recommandations et conseils vous seront ainsi donnés. A vous de les suivre et de les appliquer à la lettre. C’est cette assiduité qui fera considérablement diminuer les crises de pousse de votre cheval.

1- Il faut éviter au maximum que le cheval soit en contact avec des poussières.

Deux solutions vont s’offrir à vous en fonction de vos habitudes :

  • Si votre cheval vit en box, il va falloir le sortir au pré le plus souvent possible et tous les jours si cela est réalisable. Il conviendra d’éviter de pailler le box en préférant une litière sur copeaux de bois, toujours dans le but d’éviter les poussières. Une bonne ventilation de l’écurie est également à prendre en compte afin de renouveler l’air régulièrement.
  • Pour travailler, éviter les lieux poussiéreux, favoriser l’extérieur ou une carrière bien arrosée.
  • S’il sort dans un paddock en terre ou sable, il est important de l’arroser régulièrement en été afin de limiter l’envol de poussières.
  • Si votre cheval vit au pré, le roundballer est à proscrire.
  • Le box, ainsi que ceux des voisins, doivent être curés très régulièrement afin de limiter les vapeurs d’ammoniaque, très irritantes.

2- Il va falloir arrêter de lui donner du foin sec.

S’il s’avère impossible de le nourrir à l’herbe, l’idéal est de donner du foin dépoussiéré à l’aide d’un purificateur de foin. Vous pouvez lui donner du foin mouillé (mis à tremper pendant au moins 2h) mais cela reste moins efficace, ou encore de l’enrubanné, moins poussiéreux, mais attention, plus riche.

3- Il est important d’éviter de balayer l’écurie lorsque votre cheval est au box, faites le plutôt lorsqu’il est au pré.

Le mieux pour un cheval emphysémateux est une vie le plus souvent possible au pré et exempte de foin !

Malheureusement dans la pratique c’est quasiment impossible, il ne faut pas oublier que l’alimentation du cheval est essentiellement basée sur les fibres longues. Il y a peu de régions suffisamment riches en pâturages pour que le cheval y trouve de quoi se nourrir à l’année.

A lire aussi : Cushing chez le cheval : mieux comprendre cette maladie

Traitements médicamenteux :

L’administration de médicaments va améliorer le confort de votre cheval en traitant les différents symptômes :

  • Anti-inflammatoires (corticoïdes) : pour réduire l’inflammation des poumons. Les corticoïdes sont le plus souvent administrés par voie générale sous forme d’injections, à doses dégressives. Cependant, au vu de leurs effets indésirables sur le long terme, l’administration de corticoïdes par inhalation (nébulisation) est à privilégier. En effet, cette voie d’administration comporte très peu d’effets secondaires et s’avère particulièrement efficace. Néanmoins, la nébulisation est plus contraignante à réaliser, elle nécessite un matériel spécifique et est donc forcément plus coûteuse. Elle permet d’associer aux corticoïdes des solutions à base de plantes ou d’huiles essentielles favorisant la respiration, voire dès que possible de remplacer totalement les anti-inflammatoires.
  • Bronchodilatateurs : pour pallier l’obstruction des bronches (bronchospasme) et ainsi permettre un meilleur passage de l’air. Ils sont administrés sous forme de sirop, mais représentent un coût élevé pour le propriétaire en cas de traitement de longue durée.
  • Mucolytiques : pour diminuer la forte sécrétion de mucus et favoriser son excrétion.
  • Il existe également de nombreux compléments alimentaires pour soutenir la fonction respiratoire et limiter la toux, à base de plantes, le but étant d’utiliser les molécules chimiques le moins possible.

Pour conclure :

L’emphysème chez le cheval ou « pousse » est une maladie respiratoire chronique due à une hypersensibilité aux poussières et moisissures contenues dans le foin. Elle concerne les chevaux âgés de plus de 8 ans vivant principalement en box et donc plus exposés aux poussières. Les principaux signes qui vont vous alerter sont les suivants : une toux, des difficultés respiratoires, une perte de poids ou encore une intolérance à l’effort. Cette maladie n’est pas si grave et peut même assez facilement s’améliorer en jouant sur le mode de vie du cheval. La gestion de l’environnement de votre cheval dans le but de limiter son exposition aux poussières sera indispensable pour le soulager. Vous êtes ainsi acteur de son bien-être et de l’amélioration de son état physique. Enfin, quelques médicaments pourront également aider votre cheval.

 Attention, l’emphysème fait partie des 7 vices rédhibitoires chez le cheval, vous donnant un recours en cas de vente !

Références :

  • Anne Couroucé-Malblanc et Francis Desbrosse. Maladies des chevaux, 2ème édition. Guides France Agricole, 2010. Les maladies respiratoires, p. 92-93.
  • Marie Denys. Physiopathologie de l’obstruction récurrente des voies respiratoires chez le cheval : étude bibliographique et actualités [en ligne]. Thèse Docteur Vétérinaire. Toulouse : Université Paul Sabatier, 2011, 140 p. Disponible sur : http://oatao.univ-toulouse.fr/5641/1/denys_5641.pdf (consultée le 03/04/2017).