Prendre soin des yeux de son cheval

Les yeux du cheval, évidemment indispensables à la vue, sens très important chez le cheval, animal de proie, sont sujets à de nombreuses pathologies. Très fragiles et pourtant exposés aux agressions extérieures, il convient d’en prendre soin pour préserver la vision de votre cheval ainsi que son confort.

Quelques bases d’anatomie de l’œil

Les structures les plus fréquemment atteintes lors de pathologie oculaire chez le cheval sont les plus superficielles : les paupières, la cornée, l’iris et le cristallin.

schema-oeil-cheval-

Quels sont les principaux problèmes oculaires du cheval ?

On peut classer les problèmes ophtalmologiques chez le cheval selon la partie de l’œil qui est atteinte (paupières, cornée, iris, cristallin…) et selon la cause (infectieuse, traumatique…).

  • Paupières 

La pathologie la plus fréquemment rencontrée est la conjonctivite.

Elle peut être d’origine infectieuse mais elle est généralement plutôt la conséquence d’une inflammation liée aux insectes, au vent et aux poussières.

L’œil reste relativement ouvert mais il coule et les paupières sont gonflées.

  • Cornée : ulcères ou kératite

L’ulcère est l’équivalent d’une petite blessure mais sur la cornée. Il est donc généralement traumatique, souvent causé par une branche ou un épillet.

Cependant, il peut s’infecter facilement et doit donc être pris en charge rapidement. On peut parfois avoir des abcès cornéen, lorsque le point d’impact sur la cornée se referme trop vite mais que des germes ont pénétré à l’intérieur de l’œil.

La kératite est une inflammation de la cornée, elle peut être causée par une infection bactérienne, virale ou fongique mais peut parfois être simplement inflammatoire.

  • Iris : Uvéite

L’iris est la structure atteinte par la célèbre uvéite, inflammation violente de l’œil, généralement à cause d’une réaction immunitaire disproportionnée. Elle peut être déclenchée par un choc ou par une irritation (vent, poussières, soleil…)

A lire aussi : L’uvéite chez le cheval

  • Cristallin : cataracte

Le cristallin fonctionne comme une lentille à l’intérieur de l’œil. Lors de cataracte, il perd sa transparence et devient opaque. La pupille prend alors un aspect blanc ou argenté, comme nuageux.

Le cheval perd alors la vision.

Comment les reconnaître et les éviter ?

Les atteintes aiguës de l’œil sont généralement des urgences chez le cheval, à l’exception de la simple conjonctivite. Elles sont généralement assez faciles à reconnaître. Le cheval a l’œil partiellement ou totalement gonflé, souvent douloureux et il peut pleurer.

Si l’œil coule mais reste bien ouvert, c’est plutôt rassurant, il s’agit probablement d’une simple conjonctivite. En cas d’ulcère ou d’uvéite, le cheval craint la lumière et va donc fermer au moins en partie son œil.

En cas de doute, il vaut toujours mieux demander conseil à votre vétérinaire. Vous pouvez toujours rincer abondamment l’œil au sérum physiologique.

Il est également recommandé de protéger l’œil avec un masque antimouche et de mettre le cheval à l’abri du vent et de la lumière.

En préventif, il est conseillé de mettre un masque durant toute la saison estivale et les jours de grand vent.

Chez les chevaux prédisposés aux uvéites récidivantes, un masque anti-UV est recommandé.

Une surveillance quotidienne permet de détecter un problème au plus tôt. Un nettoyage régulier au sérum physiologique permet également d’habituer votre cheval aux soins.

masque-antimouche-cheval

Pour conclure :

Les pathologies ophtalmologiques sont fréquentes chez le cheval mais, soignées rapidement, elles sont la plupart du temps de bon pronostic. L’uvéite récidivante est la plus problématique car les crises peuvent se répéter et entrainer une altération voire une perte totale de la vision du cheval, notamment si elle est prise en charge trop tardivement.

La sélection de produits de notre vétérinaire

Clear Eyes

À partir de Prix 15,00 €
Ajouter au panier