• Mon cheval est couché, que faire ?

Le cheval est un animal qui se couche peu, il est rare de le surprendre en train de dormir allongé. En effet, de par sa nature de proie, il est toujours en alerte et prêt à fuir en cas de menace. Le sommeil en position couchée est réservé aux moments où il se sent en confiance car il ne peut pas se relever instantanément. Plusieurs problèmes de santé peuvent entrainer un couchage répété ou prolongé du cheval. Trouver son cheval allongé de manière inhabituelle est donc source de stress pour le propriétaire.

Pourquoi le cheval se couche ?

Le cheval peut se coucher pour dormir s’il est suffisamment en confiance. C’est généralement le cas des chevaux qui vivent en écurie depuis longtemps. On les observe régulièrement couchés, souvent aux mêmes heures, après le repas de midi ou tard dans la nuit. Ces périodes de repos sont cependant souvent de courte durée, l’organisme du cheval n’étant pas fait pour supporter longtemps la position allongée.

Les jeunes chevaux se couchent plus facilement, les chevaux âgés plutôt moins, le relever devenant de plus en plus difficile avec l’âge.

La position couchée peut également être le symptôme d’un problème médical :

  • Une douleur locomotrice liée à la position debout

C’est le cas lors de fourbure par exemple, où l’appui sur les pieds est très douloureux et où le cheval a du mal à trouver une position confortable. Une boiterie sévère peut aussi nécessiter des périodes de repos allongé, afin de soulager les trois autres membres du cheval.

  • Les coliques

Les coliques se caractérisent par une douleur abdominale aigüe. Le cheval cherche désespérément une position pour se soulager, il va alors se coucher à répétition.

Quand la douleur est assez sourde, il peut passer un certain temps couché calmement, tandis que quand elle est intense, il va se jeter au sol parfois violemment mais y rester assez peu de temps. Il a alors tendance à chercher à se rouler ou rester étendu de tout son long.

A lire aussi : Les coliques chez le cheval

  • Une incapacité à se relever

Trouver son cheval couché dans des circonstances inhabituelles peut parfois s’expliquer : le cheval s’est couché pour se reposer ou est tombé, mais il n’a pas réussi à se relever.

Or, de par son poids, le cheval est un animal qui ne peut pas supporter longtemps la position couchée, surtout s’il reste du même côté.

En effet, en décubitus latéral (position couchée sur le côté), les organes et muscles situés en dessous sont écrasés et mal vascularisés. Les muscles se tétanisent, les articulations s’ankylosent. Le poumon est comprimé et se gorge de sang, ce qui le rend inefficace. Il s’épuise, a du mal à respirer et son transit ralentit. Le cheval va donc avoir d’autant plus de difficultés à se relever qu’il est resté longtemps au sol. Certains vieux chevaux démusclés ou arthrosiques ne se couchent plus car ils savent qu’ils ne pourront peut-être pas se relever.

  • Une fatigue sévère

Un cheval atteint d’une maladie épuisant l’organisme va avoir tendance à se coucher plus régulièrement qu’à son habitude. C’est le cas lors de forte fièvre (>39°C), ou lors d’une anémie importante par exemple.

Comment réagir face à un cheval couché ?

  • Surveiller le cheval

Face à un cheval couché « en vache » sans autre signe particulier, il n’y a pas forcément lieu de s’inquiéter immédiatement. Cependant, tout cavalier devrait le noter dans un coin de sa tête et garder ce cheval à l’œil et/ou le signaler à la personne responsable du cheval.

  • Si le cheval reste couché, ou s’il relève puis se recouche rapidement, ou s’il s’allonge de tout son long, il faut s’inquiéter.

  • Essayer de le relever

La première chose à faire sera de le stimuler pour le lever. Dans un premier temps, cela peut être simplement en l’appelant. Si cela ne suffit pas, il faut lui mettre un licol et insister pour voir s’il est incapable de se mettre debout ou s’il n’en a pas envie.

Si le cheval ne se relève pas malgré tout => Appeler le vétérinaire

  • Chercher d’autres symptômes

Si le cheval se relève après stimulation, il faut comprendre pourquoi il est resté couché et ne voulait pas se lever.

Un des premiers gestes de base consiste à prendre sa température.

Elle doit être inférieure à 38°C. Au delà de 38,5°C, il faut contacter le vétérinaire.

Entre 38 et 38,5, il faut reprendre la température plus tard pour savoir s’il y a ou non un problème.

Ensuite, l’observation du cheval est primordiale.

S’il se recouche, fait le flehmen, gratte le sol ou se regarde les flancs, il est probable qu’il soit en colique.

En cas de signes de colique => Appeler le vétérinaire

Il pourra vous donner des consignes de premiers soins et s’organiser pour venir voir le cheval en fonction de l’intensité des symptômes.

flehmen-cheval

Si le cheval ne montre pas de signes de coliques, faites lui faire quelques pas pour vérifier qu’il se déplace normalement. En cas de boiterie ou de démarche difficile, il vaut mieux prévenir votre vétérinaire. En attendant sa visite, il vaut mieux rentrer le cheval dans un abri ou un box afin d’éviter qu’il ne marche, sur une litière épaisse et confortable.

Si vous n’observez aucun autre symptôme anormal, pas d’affolement. Votre cheval était peut-être simplement en train de dormir tranquillement. A l’heure du repas, vous pouvez lui mettre une petite ration pour tester son appétit. En cas de baisse de forme confirmée, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire pour prévoir une visite et peut être un bilan sanguin.

Face à un cheval couché, un homme de cheval averti ne doit pas s’affoler et rester pragmatique. L’observation du comportement du cheval sera primordiale pour savoir s’il faut contacter le vétérinaire et pouvoir lui donner les informations clés. Si de nombreuses maladies peuvent être autant de raisons pour le cheval de se coucher, il a aussi le droit de faire une sieste au soleil… A vous de faire la part des choses 😉 !

Article rédigé par P. Cantet, vétérinaire équin

La sélection de produits de notre vétérinaire