Maréchal-ferrant : bien plus que la ferrure d’un cheval

« Pas de pied, pas de cheval », expression bien connue de tous les propriétaires de chevaux. Mais on aurait aussi pu dire : « pas de maréchal, pas de cheval ». Abcès de pied, boiterie ou encore arthrose chez le cheval, le maréchal-ferrant est un précieux allié de notre animal préféré pour toutes les questions de santé en lien avec le pied du cheval. Zoom sur ce métier difficile et extrêmement important.

Le parage du cheval

Lorsque qu’un maréchal-ferrant s’occupe d’un sabot il commence par enlever l’ancien fer (s’il y en a un). Il procède ensuite au parage du pied.

C’est une étape primordiale. La corne pousse en continu mais souvent de façon inégale. De plus, surtout chez les chevaux non ferrés, elle peut être cassée ou fendue (seime). Il faut donc rééquilibrer le sabot, en s’adaptant aux aplombs du cheval, tout en corrigeant les défauts de la corne. A l’aide d’outils traditionnels il redonne sa forme au pied. Il raccourcit en général la pince, coupe la paroi en excès et râpe l’ensemble de la corne. C’est bien souvent cette étape qui effraie les propriétaires. Mais pas d’inquiétude, le cheval ne sent rien, la corne n’est pas innervée.

pieds-longs-chevalEn l’absence de parage, la corne pousse en permanence et s’use de façon aléatoire selon le sol et les conditions de vie du cheval. Cela peut conduire à des situations catastrophiques pour le cheval.

Chez le cheval non ferré il râpe et arrondit légèrement la corne à l’extrémité du pied afin de limiter les aspérités et donc les risques de cassure.

Pour les chevaux ferrés, le maréchal ajuste le fer au sabot en le chauffant afin de le rendre malléable. Le fer est enfin fixé par des clous grâce à un petit marteau appelé brochoir.

Une fois l’opération finie, le cheval a trouvé chaussure à son pied ! Après le passage du maréchal-ferrant l’animal peut garder ses fers environ 6 semaines. Pour le parage, on peut aller jusqu’à 8 semaines, selon les chevaux.

Qui est le maréchal-ferrant ?

Maréchal est un travail de contact avec l’animal. Il faut être capable de le rassurer, de le calmer et le canaliser. C’est un métier très exigeant qui demande une très bonne forme physique, de la force, et un talent pour les tâches manuelles. Si beaucoup ne le font plus, certains maréchaux fabriquent encore les fers eux-mêmes.

La grande majorité des maréchaux travaille en libéral de façon indépendante, en itinérant. L’étape clé reste la formation. Il existe deux diplômes dans ce domaine : le CAP agricole maréchal-ferrant et le BTM maréchal-ferrant . Le BTM permet d’exercer des responsabilités et de se spécialiser en orthopédie équine.

La ferrure est-elle indispensable ?

Plus que la ferrure c’est le parage qui compte. Certains chevaux n’ont pas besoin de fers. Le maréchal-ferrant vient simplement les parer pour rectifier les aplombs et éviter que le sabot ne se casse ou se fende. Mais si un cheval sauvage évoluant en pleine nature vit très bien sans fer, un cheval domestiqué, est lui confronté à des éléments qui s’éloignent de son environnement et peut donc avoir besoin d’être ferré.

La ferrure n’est pas systématique pour :

  1. Le poulain, le jeune cheval ou le retraité. Avant le débourrage, il n’y a aucun intérêt à ferrer les jeunes, d’autant qu’ils vivent en général en groupe. Vivre pieds nus permet aux chevaux de développer une corne d’autant plus résistante qu’ils vivent en terrain varié.
  2. Le cheval qui travaille uniquement en carrière ou sur des sols souples. Dans certaines régions aux sols très secs et caillouteux, il peut être très dur pour le cheval de se déplacer sur les chemins sans être ferré.

Donc, c’est à adapter à la sensibilité individuelle de chaque cheval : selon sa race et la qualité de sa corne, ou encore s’il souffre de certains problèmes orthopédiques pouvant être soulagés par la ferrure, il n’y a pas de raison de l’en priver !

Il est également conseillé de ne ferrer que les antérieurs d’un cheval qui partage régulièrement son pré avec d’autres. En effet un coup de pied d’un sabot ferré risque de blesser plus gravement ses congénères.

Entretien des sabots du cheval

La venue du maréchal-ferrant a un coût et peut effrayer le propriétaire mais elle est essentielle pour la bonne santé du cheval. Parer les pieds fait partie au même titre que la vaccination, ou le vermifuge de l’entretien quotidien d’un cheval.

« Pas de pied, pas de cheval » Cette expression est souvent utilisée pour exprimer l’importance du rôle du maréchal ferrant. Les sabots du cheval correspondent à nos ongles, à un détail près : le cheval marche dessus.

Par souci d’économie, de nombreux propriétaires cherchent à espacer les ferrures ou les parages. Mais cela n’est pas sans conséquence sur la locomotion du cheval, et peut favoriser l’apparition de certaines pathologies orthopédiques comme des tendinites.

En effet, lorsque le cheval est en fin de ferrure, il a les “pieds longs”, et le bras de levier nécessaire pour basculer son sabot à chaque foulée est très important. Cela augmente fortement les contraintes sur le tendon fléchisseur profond.

pied-long-chevalpied-cheval

De plus quand le cheval est paré moins souvent on passe d’un pied très long à un pied très court en quelques instants. Tous ses aplombs sont donc modifiés, ce qui peut gêner le cheval pendant plusieurs jours. De plus le fait de couper beaucoup de corne en une fois peut entraîner une inflammation du pied, très douloureuse pour le cheval.

Un allié du vétérinaire

Le maréchal peut également soigner le cheval, en équipe avec le vétérinaire.

Une des causes de boiterie les plus fréquentes est l’abcès de pied. Très douloureux, c’est souvent la cause d’un appel en urgence au vétérinaire. Celui-ci peut très bien être soigné par le maréchal. Il va ouvrir l’abcès pour permettre l’évacuation du pus, soulageant instantanément le cheval.

De nombreuses autres boiteries peuvent également être améliorées par la ferrure.

Dans les troubles orthopédiques les plus fréquents, on trouve notamment le syndrome podotrochléaire (ou “maladie naviculaire”). Sans rentrer dans les détails de cette pathologie complexe, la ferrure peut grandement améliorer le confort du cheval. Elle fait partie intégrante du traitement.

C’est aussi le cas pour les tendinites, les lésions ligamentaires ou encore la fourbure ! La forme du fer va permettre de choisir les zones du pied qui doivent s’enfoncer le moins dans le sol (là où le fer est le plus large). Le vétérinaire et le maréchal ferrant travaillent main dans la main pour trouver le fer adapté à la blessure du cheval mais également le mieux toléré. En effet certaines ferrures orthopédiques très contraignantes sont parfois mal supportées.

Le maréchal-ferrant est un interlocuteur essentiel pour le bien être de votre animal. Un bon parage et une ferrure adaptée préservent le cheval de nombreuses pathologies.

L.C

La sélection de produits de notre vétérinaire

Cet article vous a plu ? Vous pourriez aussi aimer…

  • mon cheval est fatigué

Pourquoi mon cheval est fatigué ?

28 août 2017|0 Comments

Pourquoi mon cheval est fatigué ? La fatigue est l’un des premiers symptômes pour de nombreuses pathologies. Mais un cheval qui semble abattu peut simplement avoir chaud ou être déstabilisé par [...]

  • maladies du poulain

Les maladies du poulain

11 août 2017|0 Comments

Les maladies du poulain En cette fin d’été, les poulains grandissent au pré. De plus en plus agiles sur leur 4 jambes, ce premier été est pour eux celui des découvertes. Mais le moment [...]