Ces jours-ci nous les voyons gambader dans les prés encore un peu maladroits, les premiers poulains de la saison sont nés. Juillet signe en effet la fin de la période des poulinages et il est vrai que ces petites boules de poils sur leurs grandes jambes nous font craquer. Mais élever un poulain n’est pas si simple. Quand faire pouliner une jument ? Quels sont les risques de faire naître un poulain ? Comment se passe un poulinage ? Vous trouverez ici des conseils et des informations pour vous accompagner dans cette belle aventure.

La saillie

Si une jument est mature sexuellement à 18 mois, il est conseillé de la faire saillir à partir de ses 4 ans, pour une naissance à 5 ans. Le premier poulinage est toujours le plus compliqué. Une jument qui a déjà pouliné peut donner naissance à un poulain jusqu’à un âge avancé, si elle est toujours en bonne santé.

La saison des amours s’étend de février à août. Pendant cette période la jument a ses chaleurs pendant 4 à 6 jours, toutes les trois semaines. Il existe des centres d’inséminations, où des professionnels prennent en charge votre jument, jusqu’à ce que la gestation soit confirmée.

On peut savoir dès 15 jours après l’insémination si cela a marché et si la jument est pleine !

Préparer la naissance…

Après 11 mois et 10 jours de gestation, la jument est prête à donner naissance à son poulain. Cependant la durée de gestation reste variable, elle peut aller de 320 jours à 360 jours. Avant 320 jours le poulain n’est pas considéré comme mature.  La mise bas n’est alors pas recommandée.

La future mère doit être installée dans un environnement propre et accueillant, comme un box. Il est donc conseillé de changer régulièrement les copeaux ou la paille, les jours précédant le poulinage. Cela permet  d’éviter le développement de pathogènes liés à la présence de crottins. De plus, la jument doit être bien à jour de vaccination pour transmettre les anticorps au poulain à la naissance.

Elle doit aussi être revermifugée avant le poulinage pour éviter de le contaminer avec des crottins fortement parasités.

En fin de gestation on dit qu’une jument « se casse », c’est à dire qu’elle relâche ses tissus et ligaments. Ce phénomène est visible au niveau de la croupe lorsque que le poulain descend dans le bassin. Quelques heures ou quelques jours avant la naissance la mamelle gonfle, le poulinage est imminent.

Le poulinage

La plupart des juments pouline la nuit, le propriétaire doit donc se montrer très attentif pour être poulinageprésent au moment de la mise bas. Il faut se tenir prêt avec à proximité la teinture d’iode, préparée par le pharmacien ou le vétérinaire. Elle servira ainsi à désinfecter le cordon ombilical du poulain. La jument se couche généralement dans le box. Il faut être présent sans la gêner et la laisser faire si tout se passe bien.

Le poulinage est rapide, entre 15 et 30 minutes après l’apparition de l’amnios, comme vous pouvez le découvrir sur cette vidéo. Les deux premiers sabots apparaissent suivis du museau et de la tête, puis du reste du corps. Normalement le poulain parvient à percer la poche avec ses sabots, si ce n’est pas le cas il faut le faire à sa place. Pour aider au bon déroulement de la naissance, l’éleveur peut tirer délicatement sur les antérieurs en respectant le rythme des contractions.

Une fois que le poulain est bien là, pensez à noter l’heure de la naissance.

Après la naissance

Très vite la mère vient sentir et lécher son poulain. Ce premier contact est essentiel pour leur relationpoulain future. Immédiatement après, il faut désinfecter le cordon ombilical à l’aide de la solution de teinture d’iode. Vous pouvez ensuite le brosser avec de la paille pour le stimuler et l’aider à se mettre debout.

Le poulain doit rapidement boire le premier lait appelé colostrum qui contient tous les anticorps nécessaires à sa survie.

Cependant, pour qu’il bénéficie de tous les bienfaits du colostrum, la première tétée doit avoir lieu dans les deux heures qui suivent la naissance. Après quelques maladresses, le nouveau-né tient généralement debout sur ses quatre jambes dès sa première heure de vie.

La jument quant à elle délivre le placenta. Il est important qu’elle y parvienne dans les 6 heures qui suivent la mise-bas pour éviter les infections ou fourbures. Le propriétaire vérifie alors que le placenta a été expulsé dans son intégralité.

A lire aussi : Non, la fourbure ne touche pas que les gros chevaux

Les risques du poulinage

Si 80 % des poulinages se passent bien, les risques ne sont pas négligeables pour la jument comme pour son poulain. C’est pourquoi le propriétaire doit surveiller la naissance. Il faut appeler en urgence son vétérinaire en cas de complications.

La dystocie

Si le poulain ne se présente pas comme il faut et que le poulinage dure trop longtemps on parle de dystocie. C’est une urgence vitale pour la jument comme pour le nouveau-né. Il faut donc appeler au plus vite le vétérinaire. Si le vétérinaire ne parvient pas à repositionner le poulain, et que celui-ci est vivant, il peut être nécessaire d’envoyer la jument en clinique pour une césarienne pour sauver le poulain. Les risques de cet acte chirurgical sont importants mais le pronostic de survie pour la jument est correct.

Cependant la césarienne est souvent trop tardive pour permettre au poulain de survivre d’où l’importance de contacter son vétérinaire en urgence en cas de problèmes lors de la mise bas.

Les autres cas

Par ailleurs, d’autres complications peuvent se présenter comme la mauvaise délivrance du placenta, l’hémorragie interne, la déchirure du périnée ou la paralysie du nerf sciatique. Un comportement anormal de la jument avec une perte d’appétit et une fatigue importante pourront vous alerter. Une fois encore, il faut faire appel au vétérinaire.

A lire aussi : Les maladies du poulain

Les premiers jours du poulain

jument poulainSi toutes ces étapes ont été franchies haut la main par votre jument et son poulain, une nouvelle aventure débute alors. S’il faut surveiller la santé du nouveau-né avec attention, surtout les premières semaines, il ne faut pas pour autant négliger son éducation. Ainsi, adopter les bons gestes est essentiel pour en faire un cheval bien dressé, calme et complice. Pour ne rien manquer de cette éducation et accompagner votre poulain au mieux, entourez-vous de professionnels qui sauront vous conseiller.

L.C

Cet article vous a plu ? Vous pourriez aussi aimer…

  • mon cheval est fatigué

Pourquoi mon cheval est fatigué ?

28 août 2017|0 Comments

La fatigue est l’un des premiers symptômes pour de nombreuses pathologies. Mais un cheval qui semble abattu peut simplement avoir chaud ou être déstabilisé par un nouvel environnement, ce n’est souvent [...]

  • maladies du poulain

Les maladies du poulain

11 août 2017|0 Comments

En cette fin d’été, les poulains grandissent au pré. De plus en plus agiles sur leur 4 jambes, ce premier été est pour eux celui des découvertes. Mais le moment du poulinage reste une [...]